Canicule, sécheresse, hiver doux : zoom sur la santé de notre forêt

Canicule, sécheresse, hiver doux : zoom sur la santé de notre forêt

le 27/09/2019

Zoom sur la santé de notre forêt

La forêt d’Altkirch tout comme l’ensemble des forêts d’un grand quart nord-est de la France et une partie des forêts du centre de l’Europe, subissent de plein fouet une crise sanitaire majeure. Sécheresse, canicules, hiver doux… Le climat impacte nos forêts.

Un phénomène climatique

Le phénomène qui touche actuellement nos forêts est lié à la succession de sécheresses et canicules des derniers étés, alternant avec des hivers doux. Quelles conséquences ? Ces conditions climatiques sont favorables au développement des insectes (notamment les scolytes sur l’épicéa) et des champignons (nectria sur le hêtre, chalara sur le frêne).

Les essences de bois touchées

La plupart des essences sont en souffrance, les plus touchées à Altkirch étant le hêtre, le frêne et l’épicéa.

Pour le hêtre, essence principale de notre forêt, ce sont les plus gros et les plus âgés qui sont les plus exposés au dépérissement, facilement observable d’abord sur la cime des arbres (pertes de feuilles et apparitions de branches mortes), puis le long du tronc (pertes d’écorce et apparitions de suintements noirs) ; c’est dans les massifs du Kloesterwald (au-dessus de l’hôpital) et du Burgerwald (au-dessus de la Palestre) que les dépérissements sont les plus visibles.

> Cliquez sur une photo pour faire défiler le diaporama

Quel remède possible ?

Il n’y a pas d’autre remède que de constater les dégâts et récolter les bois atteints avant que leur dégradation ne soit trop avancée. C’est ainsi que l’ensemble du peuplement d’épicéas du Erlenwald, totalement ruiné par le scolyte, vient d’être récolté ; il en de même pour les épicéas du Glueckerwald. Au cours de l’hiver nous récolterons les hêtres et frênes les plus fragilisés, notamment ceux en bordure des chemins par mesure de sécurité pour le public.

Entretien de la biodiversité

Quelques arbres au cœur des peuplements seront conservés en l’état pour renforcer le réseau d’arbres morts, nécessaire à la conservation et au développement de la biodiversité : un arbre mort est un maillon indispensable de la chaine de la vie, pour les insectes, les champignons, les oiseaux, les petits rongeurs…

Quelles conséquences pour notre forêt ?

En conséquence, les coupes de bois ordinaires seront réduites voire ajournées, pour s’équilibrer avec la récolte des arbres dépérissant.

Viendra ensuite le temps de la reconstitution des éventuelles trouées dans les peuplements ; par chance, la forêt d’Altkirch se régénère bien naturellement et le recours aux plantations sera limité.

Quelques conseils… 

Nous recommandons la plus grande prudence aux promeneurs lors des épisodes venteux car un nombre plus important de branches pourrait se décrocher à cette occasion.

Nous ne sommes probablement qu’au début des grands bouleversements dans nos forêts, si comme on le craint, les changements climatiques se confirment et s’intensifient…

Cette perspective doit nous pousser à agir pour accompagner au mieux les changements et faire évoluer favorablement nos comportements.